Archives pour la catégorie “Expo”


Une semaine à Petros; Guy Tillim
Une semaine à Petros; Guy Tillim

13 jan. 09 > 19 avr. 09

La fondation Henri Cartier Bresson présente deux séries du photographe Guy Tillim: “Jo’burg”, prix Oscar Barnack 2005, et son dernier travail: “Avenue Patrice Lumumba”

Né en 1962 à Johannesburg, il est devenu photographe pendant les années de l’apartheid en se joignant à Afrapix, un collectif de photographes engagés, en 1986. Couvrant l’actualité pour Reuter puis de 1986 à 1987 pour l’AFP, il est aujourd’hui photojournaliste indépendant.

Fondation HCB

Comments Pas de commentaire »

Repos 1935 Emmanuel Sougez
Repos; Emmanuel Sougez (1935)

10 févr.09 > 24 mai 09

Dès le début des années 1920, Paris s’affirme comme nouveau lieu de promotion des avant-gardes et sans aucun doute, comme carrefour de la nouvelle photographie en Europe. Si la capitale française devient à l’époque ce lieu de rencontres et d’échanges pour des photographes de nationalités et d’horizons divers, c’est parce qu’elle représente alors un modèle de modernité et un espoir économique au lendemain de la Première Guerre mondiale. Mais c’est aussi et parce qu’elle s’avère être aux yeux de nombreux émigrants contraints à l’exil, un lieu de refuge pour les libertés politiques ou confessionnelles.

Jeu de Paume(Hotel de Sully)

Comments Pas de commentaire »

Every one 2; Sophie Ristelhueber
Every one 2; Sophie Ristelhueber

20 jan.09 > 22 mars 09

Sophie Ristelhueber (née en 1949) vit à Paris, où, avant de se consacrer à la photographie, elle a fait des études littéraires et a travaillé dans la presse et l’édition.

Dans cette première grande exposition de l’artiste en France, le Jeu de Paume présente, entre autres séries, “Beyrouth”, “Vulaines”, “Fait”, “Eleven Blowups”…, ainsi que deux films inédits dont l’un spécialement conçu pour la circonstance.

Pas de sentiment chez Ristelhueber. Juste des faits, des traces et des reliques, des surfaces et des objets. Elle dit : j’ai vu cela, à vous d’imaginer, de vous représenter… Les partis pris de l’artiste, qui visent à brouiller la représentation, laissent le spectateur un peu plus désemparé.

Elle a photographié les bâtiments détruits de Beyrouth en 1982 après la guerre du Liban. Elle a enregistré les cicatrices sur les corps en ex-Yougoslavie. Elle a parcouru les routes secondaires de Cisjordanie que des Israéliens ont obstruées de rochers pour empêcher les Palestiniens de circuler. Elle a saisi les rues trouées par des explosions d’obus au Liban.

Jeu de Paume(site Concorde)

Comments Pas de commentaire »